Le Blogue de Maurice Roussel

Fondateur du Centre de documentation généalogique Roussel qui contient la totalité des résultats de ses recherches sur les origines françaises des familles Roussel d'Amérique. Il est à l'origine de l'Association des Roussel d'Amérique qu'il mit sur pieds en 1996 et administra à titre de secrétaire-exécutif jusqu'en avril 2003 alors qu'il décida de se consacrer uniquement à son Centre de documentation sur le web.


Les Roussel acadiens ne sont pas d'origine bretonne

C'est facile de faire de la généalogie en copiant ce que les autres ont fait sur internet. Adopter cette façon de faire, nous amène invariablement à publier les conneries des autres. Un exemple frappant est l'origine des Roussel acadiens descendants de Didier Roussel «fils de Didier marié à Marguerite X et originaire de Thormon abisione, old France» selon un extrait de registre trouvé par le père Archange Godbout (1886-1960) et publié dans son Dictionnaire généalogique des familles canadiennes.

Or un amateur a par la suite associé Didier à un pêcheur du nom de Alain Roussel, établi près de Louisbourg et l'aurait déclaré ainsi dans les bases de données publiques sur le site web des Mormons. Et voilà, dorénavant, les chercheurs qui font confiance aux données des Mormons, il sont nombreux et c'est normal, ont rapporté ici et là que Didier Roussel marié à Minoudie à Madeleine Haché-Gallant, était né à Saint-Malo en Bretagne de Alain Roussel et Geneviève Bonnier. Par conséquent, les Roussel acadiens se sont fait une fierté de leurs prétendues origines bretonnes.

J'ai toujours nourri un doute sur ces données quoique je les ai moi-même véhiculées (au conditionnel), le bon sens me laissant croire que les Mormons de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours s'assurent de la véracité de leurs bases de données publiées sur Internet.

Au début de 2009, une représentante des familles Roussel d'Acadie me mit au courant de la tenue du Congrès mondial acadien à Tracadie au mois d'août de la même année et me demanda de voir la possibilité d'aller présenter une conférence lors des retrouvailles des Roussel à Le Goulet. J'ai accepté de le faire absolument gratuitement et j'ai décidé d'entreprendre une recherche sérieuse avec des collaborateurs français dont une généalogiste des Ardennes.

Croyant que le nom de la commune d'origine de Didier apparaissant sur l'acte (Thormon abisione) était transcrit par une personne de langue anglaise selon la consonnance, j'ai considéré qu'il sagissait de Chaumont-en-Bassigny maintenant Chaumont en Champagne et c'est là que nos recherches ont été entreprises. Les résultats ont été concluants: nous avons trouvé plusieurs actes numérisés concernant les Roussel de Chaumont-en-Bassigny dont l'acte de mariage de Didier Roussel et Marguerite Thévenin et l'acte de Baptême de leur fils Didier qui serait arrivé au Nouveau-Brunswick aux alentours de 1773 et qui est véritablement le Didier Roussel qui a pris pour femme Madeleine Haché-Galant et par conséquent, se trouve à être l'ancêtre de tous les Roussel acadiens.

Vous comprendrez ma fierté de pouvoir aller moi-même annoncer la bonne nouvelle aux Roussel acadiens mais avant la tenue des retrouvailles de Le Goulet, je trouve sur internet le programme sur lequel ma conférence avait été remplacée par une présentation sur l’histoire des Acadiens par un autre conférencier. On avait annulé ma conférence sans m'aviser. Par après j'ai senti par les réactions de certains amis acadiens, que l'annonce que j'allais faire serait plus décevante que bienvenue, ce qui m'a permis de constater plus tard que les Roussel acadiens qui ont tellement cru en leurs origines bretonnes étaient très réticents à se «débretonner» pour prendre leur véritable identité champenoise. Quand même, par souci d'honnêteté et de collaboration, j'ai fait parvenir le dossier complet de mes recherches incluant les actes, au Centre d'études acadiennes Anselme-Chiasson de l'Université de Moncton, sans aucune réaction, pas même un petit merci de la part du directeur de ce centre Mister Stephen White.

En conclusion, j'ai résolu l'énigme des origines de l'ancêtre Didier Roussel mais en même temps, j'ai causé un certain malaise à un grand nombre de braves acadiens qui avaient pris au sérieux la fantaisie d'un supposé généalogiste et la trop grande ouverture d'un centre généalogique supposément sérieux.

Maurice ROUSSEL
Le 8 mars 2014


Tous droits réservés 2014-2016