Le Blogue de Maurice Roussel

Fondateur du Centre de documentation généalogique Roussel qui contient la totalité des résultats de ses recherches sur les origines françaises des familles Roussel d'Amérique. Il est à l'origine de l'Association des Roussel d'Amérique qu'il mit sur pieds en 1996 et administra à titre de secrétaire-exécutif jusqu'en avril 2003 alors qu'il décida de se consacrer uniquement à son Centre de documentation sur le web.


L'ancêtre Jacques Roussel et la guerre de la conquête.

Vers la mi-juin 1759, la flotte anglaise s’est engagée dans le fleuve en provenance de Halifax et le 22 juin le navire du capitaine Knox jette l’ancre au large de Kamouraska. Entre l’île aux basques et l’île aux Lièvres, on compte près de 150 voiliers ennemis. L’heure est grave. Les habitants comme Jacques Roussel vivront des mois d’horreurs indescriptibles. Le fils de la seigneuresse de Boishébert rapportait quelques années plus tard que les Anglais avaient fait une descente dans la seigneurie de la Bouteillerie où ils brûlèrent 250 maisons, les moulins à scies, les moulins à farine et les barques de pêche appartenant au sieur de Boishébert. Quand on sait que les bâtiments de l’ancêtre Jacques Roussel était construits près du fleuve, on peut croire que sa maison n’a pas été épargnée.

Le 11 septembre 1759, les troupes anglaises marchèrent de l’église de Kamouraska à celle de Rivière-Ouelle et brûlèrent 121 maisons. Le lendemain, ils brûlèrent 55 maisons à l’embouchure de la rivière Ouelle, là où se trouvait la terre de Jacques Roussel. Jeudi le 13 septembre, 216 autres maisons sont incendiées le long de la rivière et le vendredi, entre Rivière-Ouelle et Sainte-Anne, on en brûlera 151 autres. Cette expédition sur un parcours d’une cinquantaine de milles a permis aux anglais de brûler 998 bâtiments, deux goélettes et des chaloupes. Ils capturent aussi 15 prisonniers, dont six femmes et cinq enfants. Ils font cinq victimes.

Jusqu’à la fin de la guerre on enterre les morts en terre profane et à Rivière-Ouelle les registres paroissiaux ne seront repris qu’à la fin de septembre 1759. C’est alors qu’on baptisera les enfants nés depuis le mois de mai. Heureusement, les Roussel n’ont pas eu de naissance ni de mortalité pendant cette période.

À l’automne 1759, les combats sont terminés depuis septembre. Les habitants, revenus à leur terre, doivent maintenant se préparer pour passer l’hiver avec leur famille. Plusieurs se sont construit des abris de fortune, d’autres ont envoyé des enfants dans d’autres paroisses moins touchées. Plusieurs familles se sont retrouvées dans les églises en attendant d’avoir une nouvelle maison.

La population vit sous l’occupation militaire. Des détachements de soldats anglais logent continuellement chez les habitants. Malgré le fait que les Anglais aient brûlé leurs maisons, les habitants font bon ménage avec eux et très peu songeront à émigrer si l’on en juge par le recensement de 1762.

Un peu plus d’un an après la bataille des Plaines d’Abraham, les Roussel vont faire baptiser une petite fille, Marie-Catherine, née le 14 novembre 1760. Jacques continue vaillamment de reconstruire ses biens, malgré la famine qui fait rage en Nouvelle-France. Le 6 novembre 1762, Geneviève accouche d’un garçon qui s’appellera Jean-François.

Maurice Roussel
Chercheur-généalogiste des familles Roussel


Tous droits réservés 2014-2016